Sainte-Victoire

Voir ici les photos de la randonnée côté Pic des Mouches

Voir ici les photos de Françoise.

Voir ici les photos d’Albert concernant la Randonnée côté Croix de Provence

Comme tous les lundis maintenant deux randonnées sont programmées. Le groupe 1 se retrouve sur le parking de la Citadelle pour  se « chauffer » sur un joli sentier qui suit la route pour rejoindre le Col des Portes où démarre un tracé balisé qui nous conduira aux crêtes. Il s’agit d’un sentier étroit mais confortable qui longe tout d’abord un petit vallon et, à moment donné, il est bordé d’une petite falaise. Il fait bon, un peu frisquet mais pas aussi froid que nous l’avions imaginé, le soleil brille et, si nous marchons les uns derrière les autres, l’ambiance est toujours aussi chaleureuse : les potins de la semaine, autant ceux de La Culturothèque que ceux des Peoples sont relatés.

Une petite halte pour regarder vers le Nord et la Citadelle s’offre à nous avec son Oppidum ruiné. Il s’agit d’un site protohistorique qui remonte à l’âge de fer, 3ème et 2ème siècle av. J.-C.

Ca se corse un peu : la montée est un peu raide mais s’adoucit un peu plus loin et on alterne des zones ensoleillées ou boisées de chênes verts ou blancs, des genévriers, des buis et plusieurs sortes de pins. Les amélanchiers n’ont pas encore sorti leurs feuilles et encore moins leurs jolies feuilles blanches. Nous nous consolons avec les narcisses qui nous accompagneront tout au long de notre journée.

Tiens, on redescend ? Un tout petit peu, on traverse un vallon et on remonte aussitôt. Après cette raide montée nous nous trouvons sur les crêtes. Le bonheur complet ! On peu enfin donner un nom aux cimes enneigées : à gauche le Mont Ventoux et à droite la Montagne de Lure. On a l’impression d’avoir le monde à nos pieds !

On longe la crête, on essaie de trouver le gouffre  du Gagoloup (pardon, ici on dit le « garagaï ») mais pas évident, on entame alors notre dernière grimpette et nous voici à admirer la plaine qui se déroule au Sud… et en deux temps trois mouvements nous voici au Pic des Mouches, point culminant de Ste Victoire.

On s’installe pour le repas : en contrebas, au sud, Puyloubier et au fond, les Monts Aurélien devant la Ste Baume ; à l’Ouest, le Baou des Aigles, puis le Baou des Vespres qui essaient de se hisser au niveau du Pic des Mouches et tout au fond les cheminées de Gardanne. On peut même deviner l’Etang de Berre ; au Nord ce sont les sommets enneigés des Alpes qui attirent nos regards.

On traîne un peu, certains avec les jumelles essaient d’apercevoir l’autre groupe à l’assaut de la Croix de Provence, d’autres, peut-être,  les meutes de loups qui ont colonisé la Ste Victoire.

Le retour s’effectue en suivant le GR9 vers l’Est. On marche sur une autre crête un bon moment avant d’atteindre des bosquets et des sentiers en pente toute douce sur des dalles calcaires par moment. On arrive ainsi à l’oratoire de Malivet qui a été érigé au XVIIe siècle pour marquer le lieu où s’était réalisé un vœu au cours des grandes épidémies de peste de 1631 et 1720. Il était le point de rencontre des troupeaux en transhumance entre la Camargue et les Alpes.

On poursuit sur la piste : le panorama est largement dégagé et on peut profiter au maximum de ces magnifiques paysages dans lesquels on reconnaît la vallée de la Durance  et le St Sépulcre.

C’est ainsi que l’on se retrouve aux voitures. La balade était douce mais les panoramas grandioses… A part les chauffeurs, chacun se laisse bercer à rêver à ce beau ciel bleu et tous les beaux paysages que nous offrent nos belles balades !

On avait laissé le deuxième groupe à Vauvenargues pour prendre le chemin d’Encumière, puis longer la rivière Cause,  et prendre un sentier qui monte progressivement avant de s’incliner dans un vallon et de se redresser et descendre en lacets jusqu’à l’Infernet, remonter puis piquer vers un vallonnement boisé et enfin grimper… Grimper… et gravir des rochers escarpés avant d’atteindre un petit balcon où ils ont profité du panorama.  Mais il faut grimper encore sur une croupe et une partie rocheuse avant d’arriver (enfin !) au Col de Suberoque.

De là ils sont encore montés à droite le long des falaises avec de belles vues sur la vallée de l’Arc pour atteindre le plan de la Crau à 1010 m puis le Baou des Vespres à 1011 m. Ils ont continué ensuite en crête avec un parcours en montagnes russes en passant près du trou du Garagaï, à la croix de Provence et enfin au Prieuré.

Ensuite ils sont descendus par un sentier en lacets aménagé sur la partie rocheuse, il s’agit du sentier des Venturiers qui a été utilisé pendant des siècles  par les pèlerins pour se rendre au Prieuré…  Cette descente les ont entraîné par quelques rares replats au gué de l’Infernet puis enfin continuer pour franchir le pont de la Cause, aboutir sur l’oratoire Ste Victoire et revenir à Vauvenargues !  Quels seront leurs commentaires concernant leur balade ?

Cotation : JB2 ou JC3 – 9 km et 501 m dénivelé – 15 km et 900  m dénivelé – 24 randonneurs.