Séjour dans le Comminges (juin 2017)

Wroomm… Wroomm… Nous sommes 10 à partir pour le Comminges. La pause n’est pas loin !

Wroomm… Wroomm… Wroomm… Wroomm…

Pschttttttt… le minibus n’avance plus ! Dépannage … attente… et ensuite un chauffeur nous conduit à Saint-Gaudens lieu de notre villégiature. Il y en a 4 qui ont visité La Cité de l’Espace, pas les autres !

Installation réconfortante après un jus d’orange fraîchement pressé…. Un délicieux repas avec une omelette norvégienne, une vraie !…

Bonne nuit !

Les photos

Ce matin on annonce une belle journée ensoleillée ! Vite, on choisit d’aller de se mettre au frais au Pic du Midi de Bigorre.

On s’arrête à Bagnères de Bigorre, il fait chaud, très chaud. On visite le centre ville, les thermes et on retrouve la fraîcheur des voitures climatisées pour l’ascension à La Mongie par le Col du Tourmalet… A partir du Garet où nous faisons une pause on peut dire que ça monte… !

Nous voici dans les cabines qui nous mènent de 1800 m d’Altitude à plus de 2800 m.

En haut un magnifique panorama…. Le plus beau des Pyrénées !

D’abord on mange, c’est l’heure, puis on visite. En ce jour caniculaire on est bien, il fait bon, on en profite…. On nous propose une visite guidée. On apprend ainsi que le pic du Midi est connu depuis l’Antiquité. En effet les Pyrénées sont le tombeau de Pyrène qui a trop aimé Héraclès qui lui a donc fait ce plus beau des tombeaux ! De leur amour était né Python, ce grand serpent qui garde la tombe de la belle Pyrène. Sa tête  se trouve à Gavarnie et sa queue, ici au Pic de Midi. On peut la voir dans les strates de gneiss à nos pieds.

Aujourd’hui le pic est connu pour être un lieu d’observations astronomiques. Notre guide nous raconte la fabuleuse aventure de ces installations  avec, à partir de 1963, la participation de la NASA qui a utilisé les clichés du télescope du Pic du Midi de la surface lunaire pour préparer les missions Apollo… On peut, nous aussi, viser le soleil dans un coronographe et… On  y voit une éruption solaire !…

Tiens, un nuage accroche le Pic. Va-t-il pleuvoir. Le panorama se voile au nord-ouest. Un orage ?

On redescend tranquillement, on reprend les voitures jusqu’à Campan. Quelques gouttes, mais l’église, sa cour, le foirail, l’antique voiture des pompiers et les « poupées » valent la visite.

Pour dégourdir nos jambes on s’arrête au Lac de Sède. Il fait encore chaud.

La soirée se termine autour d’un bon repas, très chaleureux !

Les photos

Direction le Val d’Aran. Avant de traverser la Frontière on s’arrête à St Béat. Surprise, il fait bon, pas trop chaud pour l’instant. On est ici au « Passus Lupi », le « passage des loups » où il n’y aurait que des loups efflanqués qui passeraient ici sans se mouiller les pattes dans la Garonne. C’est une ancienne place forte qui commandait la vallée, son importance l’a fait surnommer « la clé de la France », c’est ce qu’on retrouve sur ses armoiries. Depuis l’époque romaine on exploite à St Béat du marbre blanc. Si son marbre n’a pas permis d’édifier la colonne Trajane de Rome, de nombreuses statues du parc de Versailles sont sculptées dans le marbre de Saint-Béat et on le retrouve dans pas mal de sites importants de la région.

Après cette visite nous continuons jusqu’à Bossost, petite ville Espagnole au bord de la Garonne. Quelques courses, la visite de la petite église romane de l’Assomption. Elle date du XIIe siècle et a la particularité d’avoir deux portails aussi beaux l’un que l’autre….

Nous adoptons le circuit en passant le col du Portillon pour rejoindre Bagnères de Luchon. Ce col est souvent emprunté par les coureurs du tour de France. Il nous offre un beau belvédère sur la vallée de la Garonne.

L’arrivée à Luchon se fait du côté des Thermes. Des travaux sont en cours, mais là n’est pas le souci, nous aimerions trouver un restaurant, il est midi et nous avons faim ! Nous passons un bon moment dans l’un des allées d’Etigny mais lorsque nous en sortons, il fait gris et quelques gouttes nous tombent sur la tête. Du temps qu’on visite l’église, les chauffeurs vont chercher les voitures et nous voici en route pour St Bertrand de Comminges.

En s’approchant on ne peut qu’admirer la masse de la construction de la cathédrale au sommet de la colline. On y entre par le cloître qui arrive jusqu’au bord du plateau rocheux avec une ouverture qui offre une belle vue sur la vallée de la Barousse. Dans le coeur, on y trouve des stalles, des miséricordes dont on ne se lasse pas d’admirer le fin travail de marqueterie, l’exubérance des « grotesques » et  la riche iconographie religieuse. Le Jubé ressemble à un arc de triomphe, il devait introduire le croyant jusqu’au ciel… Les orgues attirent notre attention comme ils attirent chaque année des centaines de mélomanes pour le festival d’orgue… Mais nous nous intéressons aussi au mausolée de Saint Bertrand dont Michèle nous avait montré une photo lors de la conférence sur les papes d’Avignon. En effet, le premier Pape d’Avignon, Clément V est passé à Saint Bertrand pour « élever » les restes du Saint en janvier 1309.

Nous redescendons pour découvrir la basilique de St Just à Valcabrère, non loin de Saint-Bertrand où nous avons la surprise de trouver une construction peu orthodoxe : elle est construite avec des pierres qui provenaient de la ville romaine de Lugdunum Convenarum et on y trouve çà et là des bas-reliefs, des colonnes et des chapiteaux de l’époque romaine qui y ont été réutilisés. Une belle chapelle dont la visite nous enchante.

La journée s’achève trop vite… Il nous faut rejoindre l’Hôtel et… encore un bon repas !

Les photos

Ce matin, direction Le Couzerans, petite province de l’Ariège. Nous allons d’abord à Saint-Lizier où deux cathédrales sont construites au Moyen Age. Nous visitons le musée situé dans l’enceinte du majestueux Palais des Evêques, y apprenons la vie pastorale et nous pouvons admirer une belle exposition sur la couleur. Là on y trouve aussi Notre-Dame-de-la-Sède et ses belles peintures dont certaines remonteraient au XIIe siècle et d’autres du XVe siècle. Ces peintures représentent des Sibylles, c’est-à-dire des femmes qui avaient le don de prophétie que les Pères de l’Eglise auraient adoptées parce qu’ils y auraient vu l’annonce de la venue du Christ ! On peut se rendre compte que les églises du moyen-âge ressemblaient fort peu à celles d’aujourd’hui, elles étaient colorées et gaies ! Nous visitons l’autre cathédrale, son trésor avec la crosse de St Lizier du XIIe siècle et, aussi, son cloître qui comprend ses quatre galeries avec des colonnes de marbre et des chapiteaux ornés de sculptures et surtout on y peut voir quelques fresques encore visibles ce qui est très rare.

Nous avons faim. Direction le restaurant…. Hum, aurons-nous le courage de remonter la pente ?

Nous passons un moment à Saint-Girons. La petite ville est traversée de trois rivières, le Salat, le Lez et le Baup. Elle est en effervescence, ce soir c’est la fête de la musique ! Il y avait de nombreux moulins à farine, une importante industrie textile et surtout des papeteries prospères qui profitaient des eaux qui descendaient de la montagne et du bois. La dernière a fermé en 2008 entraînant bien des difficultés dans la région. Il y avait aussi la célèbre usine à papier de cigarette JOB…. Nous visitons l’église, trouvons un beau « mur clocher » un peu plus loin, mais on s’en va car il fait vraiment trop chaud.

Au retour on passe par le village de Rieucazé, chez le Papa de Michèle….

Encore une fois on a juste le temps de la douche pour passer à table !

Les photos

Jeudi, c’est le jour du marché à Saint-Gaudens,  autrefois c’était un très grand marché couru jusqu’à l’Italie ! On y fait un tour avant de se donner rendez-vous à la Collégiale qui domine la plaine de la Garonne sur l’emplacement de ce qui s’appelait autrefois le Mas Saint-pierre habité par les Convènes (qui ont donné le nom de Comminges). Vers le VIe siècle un jeune berger a été sommé de renoncer à sa religion chrétienne et devant son refus on lui a coupé la tête. Le jeune berger a emporté sa tête sous son bras. Plus tard il a été sanctifié sous le nom de Saint-Gaudens qui a donné le nom à la ville. Une tapisserie d’Aubusson du XVIIe siècle en raconte l’histoire…. La basilique semble être fortifiée avec des créneaux et le chevet est surmonté d’une petite tour carrée… On visite le cloître qui a fait depuis le début des années 70 l’objet d’une chasse au trésor pour sa reconstruction… Jusqu’à New-York ! Aujourd’hui c’est l’un des sites les plus visités de la ville.

Il fait chaud, encore plus chaud que d’habitude, alerte rouge dans la canicule. On se dirige vers le Volvestre à la recherche de la fraîcheur. On pique-nique au bord de Garonne à Cazères, près de la base nautique mais il fait chaud ! On prend une boisson fraîche, quelques uns font la sieste !

Heureusement à Martres Tolosane on trouve un accueil chaleureux : l’Office de Tourisme est climatisé et… de plus offre un très joli musée sur la céramique et autres industries de la région. On savoure. Quelques œuvres picturales complètent ce musée sur trois étages…. A côté, dans une jolie bâtisse,  une belle exposition qui plait aussi à tous, sans compter la visite du jardin assez insolite. La traversée de la circulade pour rejoindre un potier est difficile, la chaleur est insupportable ! On visite quand même et puis… Vivement les voitures climatisées ! On pousse jusqu’à la fabrique de gâteaux… Pas très honnête on s’en retourne donc après avoir croisé une impressionnante moissoneuse-batteuse !

Après une douche bienfaisante on se retrouve pour le repas… un peu nostalgique, car contrairement aux apparences on passe de beaux moments….

Les photos

Ce matin, Jacques nous aide pour le transfert à la gare. Avec Yvette ils continuent leurs vacances. Le train nous amène à Toulouse puis à Lézignan Corbières où nous récupérons le minibus. Le dernier transfert se fait dans le silence… de la chaleur qui nous accable mais aussi dans la tristesse de se quitter !….

Les photos