Itinérance Compostelle

Voir ici les photos de Dominique L. concernant notre Itinérance du Puy en Velay à Aumont Aubrac (29 mai au 03 juin 2018)

                   Voir ici le « film/Diapo » de Dominique

Voir ici le film d’Hubert (1ère partie).

Voir ici le film d’Hubert (2ème partie).

Voir ici le film d’Hubert (3ème partie).

Hébergement avec énervement à proximité de Chanaleilles

Elle est pour lui cette chanson le voironnais qui sans façon nous a reçu dans sa maison sans beaucoup de correction.

Il a pris beaucoup de temps pour accepter de nous loger selon les conditions pourtant prévues officiellement.
Il nous a reçu comme un automate, nous a même fait chanter sa cantate. Il était question de pèlerinage mais on se croyait au patronage du troisième âge.

C’est malheureux de recevoir sans communiquer de sympathie des gens venant d’un autre pays et vivant ensemble de grands moments d’harmonie.

Bien sûr l’important c’est les punaises de lit ; on a bien compris qu’il veut être l’expert grâce à qui comme il espère il sauvera un grand nombre de vies.

Il nous voyait comme de gros parasites alors il fallait nous imposer de marcher pieds nus et de laisser nos bagages sans surveillance dans le couloir et en prélever seulement deux ou trois accessoires.

Mais ne soyons pas négatif : heureusement pour nous il n’a pas opté pour la chambre à gaz
Heureusement pour nous aussi sa maison nous a paru très propre.

Heureusement pour nous sa femme est bonne cuisinière.

Heureusement il y a des livres dans sa maison.

Heureusement il y a une grande table.

En fait, sans l’obsession des parasites, sans une certaine rigidité de comportement il serait prêt à recevoir bientôt une qualité majeure : la capacité de sympathie avec le sourire, l’humour, l’absence de préjugés négatifs et, rêvons le,  la capacité d’échanger agréablement avec les autres pour contribuer au plaisir et au bien être communs.

Une semaine de marche avec un groupe de 18 personnes nous a collectivement mis en phase avec la si belle nature, les plateaux, les vallées, les prés, les fleurs, les oiseaux, les habitants, les autres marcheurs, les églises, les chapelles, les châteaux, les maisons et avec l’histoire et les histoires anciennes et récentes du Velay et de la Margeride.

Mais le souvenir de notre itinérance est un peu terni par le témoignage d’antipathie de ce logeur sans génie.

(toute ressemblance avec une situation réelle et des personnages réels est possible mais ce récit est parfaitement subjectif ; néanmoins il est salutaire, libératoire pour le témoin qui l’a écrit et peut-être pleins d’évocations voire d’instructions pour certains de ceux qui le liront).

Philippe.