La crête des Alpilles

Voir ici les photos de Françoise concernant notre randonnée à St Rémy de Provence.

Voir ici les photos d’Albert.

Même la simple lecture du récit de cette balade est réservée  aux personnes résistantes physiquement et psychologiquement, entraînées,  ne souffrant pas de vertiges ou d’essoufflement  ou de problèmes articulaires. Une grande confiance en soi et une confiance aveugle (de préférence) au guide et une corde sont requis.

La crête des Alpilles, sachez le, est l’aboutissement de la carrière du promeneur de la région d’Arles. Le niveau olympique local. Les Chamoniards sont priés de ne pas rire.

Plus concrètement, on part de Romanin, aérodrome pour planeur (vol à voile) créé au début du XX° siècle, pour rejoindre le GR6 (sentier de grande randonnée qui traverse la France d’ouest en Est : grosso modo Bordeaux Barcelonnette). Montée soutenue au col de Vallongue. Direction plein ouest vers le plateau de la Caume. On marche pendant 1 km en dessous des crêtes puis 1.5 km vraiment sur les crêtes de la « barre des Alpilles ». C’est une succession continue de falaises qui constituent la façade nord de ce massif entre St Rémy de Provence et le village d’Eygalières. On est sur la crête pour de vrai, on monte, on descend sur des rochers avec un chemin cependant bien tracé. Paysages à perte de vue à droite et à gauche. Mais finalement on regarde beaucoup aussi où on met les pieds.

Pause repas sur le promontoire après le pas de l’aigle.

Chocolats, merci.

Traversée du plateau de la Caume : attention ! On ne monte pas et on ne descend pas : c’est plat sur 800 mètres c’est à signaler.

En effet, ensuite ça recommence : longue descente par le vallon de Valrugues après un bref passage à la roche aux deux trous, 2 photos, une par trou.

Retour à Romanin par un chemin à la base des falaises cette fois ci mais ça monte et ça descend encore et encore.

Passage au départ du camino lumen : chemin qui permettait jadis aux plus intrépides de monter directement d’en bas sur les crêtes par la face nord. Malheureusement il est devenu impraticable et le règlement du parc naturel régional des Alpilles interdit de marcher hors des sentiers principaux balisés.

Passage dans de la terre rouge : proximité d’une ancienne mine de bauxite.

Montées, descentes et voilà Romanin, son aérodrome, ses planeurs aujourd’hui au sol (pas ou peu de vent), sa cave viticole, ses vignes avec un sentier découverte, son ancien château en ruines et ses randonneurs courbatus.

Ceux qui ont fait le grand circuit avec ascension du Mont Gaussier en prime, par les échelles (sans supplément de prix) ont fait 17,00 kms et 800 m de dénivelée.

Ceux qui ont fait le circuit plus court ont fait 15.00 km et 730 mètres de dénivelée car leur sentier du bas des falaises n’était pas du tout plat ce 1° avril 2019.

Gloire et longue vie aux valeureux marcheurs. Le ciel leur appartient avec en plus un bon sommeil cette nuit.

Cotation : JC3 – 17 km/800 m dénivelé ou 15 km/700 m dénivelé – 21 randonneurs.