L’Abbaye de Sénanque et Gordes

Voir ici les photos de notre visite à Gordes.

Hier il a bien plu et ce matin quelques gros nuages essaient de nous intimider mais nous prenons la route pour Gordes.  Nous continuons par une route très étroite pour descendre dans un écrin verdoyant d’un vallon. Nous arrivons ainsi tous ensemble sur le parking de l’Abbaye de Sénanque avec un peu d’avance. Ca tombe bien, notre guide est aussi en avance !

Nous la suivons dans une salle où elle nous explique l’histoire de l’abbaye fondée au début du XIIe siècle par 12 moines cisterciens unis par la règle de St Benoît qui prône la solitude, la prière et le travail. La construction des bâtiments médiévaux dure environ 100 ans et s’inscrit dans une architecture purement cistercienne dans la tradition d’un dépouillement total imposé par St Bernard de Clervaux. Du XIIIe au XIVe siècle l’abbaye connaît son apogée et possède 4 moulins, 7 granges et de nombreuses terres… jusqu’à Marseille nous dit notre guide ! L’abbaye entame un déclin à partir des guerres de religion où le monastère est dévasté et incendié par les vaudois. Elle devient bien national à la révolution mais rachetée par un amoureux des belles pierres qui la restaure puis la vend à Dom Barnouin qui la rend à sa vocation moniale et y réinstalle 72 moines de Cîteaux. La Troisième République les obligeront à se réfugier à Lérins. Sénanque devient un centre culturel pendant 20 ans. En 1988 l’abbaye voit le retour des moines qui y vivent et y travaillent encore aujourd’hui, leur emploi du temps, en plus de leur travail est ponctué des 7 offices de 4h du matin à 21 h.

Le dortoir nous montre comment les moines dormaient sur de simples paillasses délimitées par des dalles de briques. Le bâtiment est voûté en berceau et éclairé par un oculus de 12 lobes. C’est par l’escalier qu’empruntent les moines que nous nous rendons à l’Eglise qui est d’origine, avec peu de décoration : une unique statue de la Vierge à l’enfant règne sur la quiétude du  lieu propice au recueillement. Le cloître est aussi d’une grande sobriété mais nous sommes happés par la beauté du lieu. Le chauffoir nous impressionne avec sa grande cheminée où l’on brulait des troncs entiers pour réchauffer les moines de chœur et les moines convers. C’est ici que les copistes devaient travailler. La salle du chapitre est très belle avec les voûtes en ogives et on peut aisément imaginer les moines étudiant les Ecritures de St Benoît (d’autant que notre guide nous en lit quelques extraits) ou prenant des décisions importantes.

La visite terminée nous sommes heureux d’échanger sur notre guide qui a vraiment été au top du top : claire, précise et avec toujours le sourire elle nous a fait vraiment revivre la vie monacale de l’abbaye.

Direction Gordes… Le gros de la troupe se retrouve au restaurant pour un super-bon repas ! Les plus courageux mangent sur le pouce et s’engagent pour une visite en détail de Gordes.

C’est du  monument phare qu’est le château construit au début du XIe siècle  puis occupé dans les premières années du XVIe siècle par une des plus prestigieuses familles de Provence, les Simiane, qui le transformeront jusqu’à lui donner l’architecture actuelle moitié château fort, moitié château de la renaissance, que nous entamons notre visite du village.

La place de la Sarasse, où devrait couler une jolie fontaine aujourd’hui muette, invite au charme et nous entraîne  vers l’église consacrée à St Firmin, le patron du village : elle est fermée.  C’est une vieille tour  du XIVe siècle qui sert de clocher au pied de laquelle se trouve une ancienne prison. On emprunte la rue des Tracapelles qui devait passer entre deux chapelles, celle des Pénitents Blancs et celle de l’Aumônerie St Jacques qui accueillait les pèlerins en route pour St-Jacques de Compostelle.  On continue vers un Belvedère au-dessus des Terrasses où les paysans y faisaient les travaux de moisson et de récolte, on y voit une impressionnante cuve à huile taillée dans la falaise… On a une belle vue sur les environs et le Gand Luberon avec le Mourre Nègre enneigé ! On continue à flâner, parfois surpris par un passage obscur, parfois couvert ou par des escaliers avec des marches inégales…

Après cette agréable visite, un petit groupe rentre sur Beaucaire, non sans avoir jeté un coup d’oeil panoramique sur le village colorié par les Arbres de Judée…  mais les autres poursuivent leur villégiature avec quelques aventures qui nous seront contées plus tard !

Sortie co-voiturage : Visite guidée de l’Abbaye de Sénanque + visite village Gordes + visite village des Bories. Participation 5 € + co-voiturage.