Auguste Rodin et la postérité

Voir ici les photos (en attente de la conférence).

C’est une démarche particulière qu’entreprend Claire-Lise aujourd’hui en nous proposant un parallèle entre deux artistes  que tout semble opposer :  Auguste Rodin et Robert Mapplethorpe.
Cette confrontation se transforme en un dialogue inattendu où l’on voit les deux artistes entreprendre les mêmes démarches à la recherche de la forme parfaite, du mouvement, de l’obsession  des nus. Celui des hommes pour le photographe, celui des femmes par le sculpteur…. Mais cela ne les a pas empêchés de photographier les femmes ni de sculpter des hommes.
Plusieurs thèmes sont retenus par Claire-Lise : noir et blanc, ombre et lumière, mouvement et tension, érotisme et damnation…
Si Robert Mapplethorpe recherchait la forme parfaite, Auguste Rodin tentait de saisir le sens du mouvement dans des matières inanimées. Le travail du photographe était  construit sans aucune spontanéité, le sculpteur provoquait l’accident.
Le dialogue est assez inattendu pour les adhérents de La Culturothèque, mais quel plaisir de découvrir à partir de thèmes communs  à leurs travaux, la révélation des liens de forme, de thème et d’esthétique.
Merci Claire-Lise pour cette approche « sculpture et photographie ».

Conférence de Claire-Lise Creissen. Titulaire d’un doctorat en histoire de l’Art, Enseignante à l’Université