Les gorges du Régalon.

Voir ici les photos de Yves concernant notre randonnée à Mérindol

Aujourd’hui nous sommes au sud du petit Luberon, plus exactement entre Cheval-Blanc et Mérindol. Quelle idée ! Nous nous proposons de traverser les gorges du Régalon.
Créées il y a près de 6 millions d’années par la formation des Alpes, les Gorges de Régalon offrent un extraordinaire canyon, parfois obscur et étroit. Des dépôts de sable attestent du passage de la mer il y a 2 millions d’années.
Nous quittons le parking direction les gorges. Au passage nous jetons un œil au petit ruisseau. De l’eau ? Pas d’eau ? Il nous sert d’indicateur pour savoir si les gorges sont praticables ou non. Aujourd’hui nous avons de la chance : nous pouvons y aller.
Nous passons devant un superbe champ d’oliviers et nous nous retrouvons ainsi entre deux énormes falaises. La rando, c’est tout droit. Mais quelle partie de monte-en-l’air. Il faut mettre les mains pour avancer, mais quel spectacle grandiose. Et dire qu’il y a un million d’années les gorges étaient envahies par les eaux marines de la Méditerranée. Et oui ! on peut observer du sable marin si on est filou. Pas touche par contre.
Après une heure d’effort nous sortons des gorges par un magnifique sentier forestier. Au premier rayon de soleil retrouvé nous faisons une pause.
Nous repartons par le GR6 vers “Les quatre chemins”. La piste est large . C’est tout droit et il faut aller là-haut, là-bas, si loin mais nous sommes motivés par le spectacle qui s’offre à nous : au dessus, côté Luberon, l’alignement des ‘têtes’ et des ‘Mourres’, au loin du côté des Alpilles ses sommets en dents de scie qui se détachent sur le ciel bleu. Superbe.
Enfin en ce bout de chemin la descente se présente. Nous la suivons et allègrement nous arrivons à notre aire de pique-nique, le Trou du Rat. Des tables ont été aménagées à notre intention. Nous acceptons cette offrande et nous nous installons pour un casse-croute agréable.
Le Traou de Gari ou trou du rat est une ancienne ferme du 16ième siècle, jadis occupée par un garde forestier. Aujourd’hui, restaurée, elle sert de gîte-refuge pour les randonneurs.
Nous quittons cette halte et filons vers le Camin de Petrossi (ou de la ferme Petrossi). Le bastidon Petrossi est un témoin de l’activité de la civilisation agro-pastorale autarcique qui s’est épanouie ici jusqu’à la fin du 19è siècle.
Nous poursuivons notre descente par un chemin pierreux serpentant dans la végétation. Arrivés en bas nous observons le travail des agents de l’ONF qui débroussaillent à tout va avec de terribles engins. Quel vacarme !! Nous retrouvons le parking et notre voiture qui nous a sagement attendus.
Raphael
Cotation – JB4 soit 15 km et 660 m de Déniv +