La côte 71 et le Sablas

Voir ici les photos de notre randonnée à Vers Pont du Gard
Voir ici les photos de Marie-Jeanne.

C’est du parking de la « Bégude St Pierre » que nous démarrons notre marche. Nous sommes si heureux de nous retrouver qu’on en oublie de tourner pour prendre notre chemin qui doit nous amener à la côte 71.
De là haut on a une vue imprenable sur le Gardon et sur le château de St Privat.
Nous avons eu l’occasion de visiter ce château.. Pour cela il faut  remonter un chemin bucolique qui glisse le long du Gardon jusqu’au château qui a su préserver toutes les strates du temps et du passage d’hommes religieux, guerriers, rois ou… artistes. On se rappelle plus particulièrement de la chapelle du château décorée par le peintre Georges Desvallières ami de Jacques Rouché, propriétaire du château à l’époque. Les peintures à l’huile sur toile marouflée  représentent la vision de l’artiste du sacrifice de la Première Guerre mondiale.
C’est sa petite fille, Bernadette Fenwick qui nous avais permis de visiter les  nombreuses pièces et les magnifiques jardins (Bernadette Fenwick est la mère de Jean-Noël Fenwick qui est un auteur dramatique, scénariste, metteur en scène et comédien français à qui l’on doit «Les Palmes de Monsieur Schutz» et l’arrière-arrière-petit fils de Noël Fenwick fondateur de la société d’engins de levages Fenwick-Linde).
Maintenant nous descendons en suivant le cours du Gardon dans un sentier qui sent bon les  genêts en fleurs et qui est bien ombragé. De temps en temps une terrasse nous offre de belles vues  sur les rives de cette rivière très calme aujourd’hui mais quelquefois très tumultueuse. Nous trouvons ici et là les traces de ses frasques.
Nous arrivons ainsi au Pont du Gard.
On le traverse pour rejoindre un chemin qui remonte tout doucement vers le Sablas. Bien ombragé, bien ventilé on peut y observer une végétation de sous-bois.
On aurait pensé trouver la chaleur sur le plateau du Sablas. Il n’en est rien : nuages et vent nous offrent un climat au top avant de rejoindre à nouveau l’ombre de la forêt de chênes verts qui nous ramène vers le Pont du Gard.
Pourquoi  ne sommes-nous pas passés sous le tunnel ?
On suppute sur les ingéniosités et capacités des romains à construire des édifices hors gabarits comme cet aqueduc. On en refait le tracé…
Arrivés à la sortie de la portion d’aqueduc qui passe sur les arches célèbres du Pont du Gard on file au point panoramique pour admirer l’édifice dans toute sa grandeur et retrouver, au loin, les murs et toits du château de St Privat.
Il est temps de se trouver un coin sympa pour notre pique-nique : les bords du Gardon, à l’ombre… ça vous convient ?
Et… pourquoi pas une table, des chaises et une glace ?
Nous rentrons en passant par les sentiers de « Mémoires de Garrigue » pour rejoindre, encore, des vestiges de l’aqueduc romain et reprendre un chemin, toujours bien ombragé, qui nous ramène à la chapelle St Pierre toujours de plus en plus en ruinée et retrouver très vite le parking de la Bégude St Pierre.
Nous quittons tristement Michel qui s’en retourne tout seul chez lui, tandis que les filles grimpent dans le minibus  pour un retour à domicile.
Toute la troupe était bien heureuse de cette belle balade très riche en découvertes et surtout bien ombragée tout au long des chemins.
Cotation :  JB2/3 – 13.2 km – 235 m dénivelé – 7 randonneurs (Martine, Maryse, Marie-Jeanne, Cathy, Eliane, Michel, Michèle)